Take Care: un nouveau service de livraison de médicaments à domicile

En se connectant à la plateforme Take Kare, fruit d’une start up belge,  le patient sera mis en contact avec la pharmacie la plus proche ou si il le préfère avec son pharmacien de référence. En quelques heures les médicaments, soumis à la prescription ou en délivrance libre, seront livrés à domicile ou à son bureau.

Dans un monde où la distribution de médicaments se voit toujours sous une loupe mondiale, la projet Take Care s’entend avant tout comme un outil de proximité et d’amélioration du confort du patient: «Pour tous les malades chroniques notamment, l’accès à la pharmacie de quartier et à ses médicaments ou OTC peut parfois devenir un problème. Au lieu de les voir acheter certains produits sur des sites de e-commerce, nous proposons avec Take Care une solution de proximité», détaille Michel Pierret responsable de Take Care. 

Son optique est de soutenir le pharmacien local et de lui permettre lui aussi d’avoir accès à une plateforme de commerce de proximité. «Le patient peut être en relation avec son pharmacien via un chat. La première fois que le patient prend contact avec nous, nous lui demandons s’il a un pharmacien de référence.» 

Livraison sécurisée

Le gain de temps est aussi un atout du projet selon lui: «Notre solution ne prend pas trop de temps au pharmacien. Nous la testons la semaine prochaine sur Anvers et sur Bruxelles dans 40 pharmacies. Cette livraison sécurisée de médicaments auprès de patients répond à une attente» ajoute Michel Pierret. 

Un coût

Concrètement lorsque le patient prend la direction du site Take Care, il est géolocalisé et peut démarrer un chat en ligne avec un pharmacien. Cette démarche aura un coût pour le pharmacien: «Entre 20 et 100 euros suivant le nombre de demandes auxquelles il convient de répondre. À cela s’ajoutera pour le patient 5 euros en moyenne de coût de livraison. Notre volonté est d’avoir une opération win-win pour le pharmacien et évidemment lorsque le médicament est soumis à prescription, le patient doit envoyer une prescription en format numérique ou la faire amener au pharmacien.»

Un médecin acteur

Le médecin n’est pas oublié: «Nous allons informer les médecins de notre action parce que nous sommes convaincus que notre initiative va leur permettre de mieux suivre l'adhésion thérapeutique de leur patient.» Selon lui, le médecin peut devenir un acteur: «Nous avons récemment fait le test avec des médecins généralistes à Auderghem et ils étaient très intéressés. Un médecin pourra appeler ou envoyer la prescription de son patient par chat. Toutefois, ils ne seront pas payés en plus pour l’utilisation de notre service.» 

La réflexion du projet a aussi porté sur la sécurité des données et le respect de la vie privée évidemment: «Nous y avons été très attentifs», confirme Michel Pierret. L'environnement n'a pas non plus été oublié. Le livreur pourra également reprendre les médicaments périmés.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.