Le bug informatique va-t-il valoir une compensation aux médecins? Réponse de l'Inami

Les pannes à répétition d’eHealth et des outils qui s’imposent aux MG ne pourraient-elles pas valoir à ceux-ci une compensation? La réponse de l'Inami.

Médico-mut de rentrée, hier soir, à l’Inami, avec en plat principal un trio de sujets roboratifs: le contexte budgétaire (ne vous bercez pas d’illusions…), les postes de garde (grincements de dents wallons…) et la prime informatique intégrée. Les pannes à répétition d’eHealth et des outils qui s’imposent aux MG ne pourraient-elles pas valoir à ceux-ci une compensation? Jo De Cock ne suit pas les syndicats dans leurs réclamations.

«L’Absym avait récemment suggéré une indemnisation des médecins, du fait que leur activité est handicapée par les bugs du système. Au Kartel, nous ne sommes pas moins agacés par les dysfonctionnements. Mais nous tenions cette piste pour un peu populiste, car difficilement praticable», situe Marcel Bauval, vice-président du GBO. «Nous avons donc proposé une autre forme de compensation pour les confrères: leur accorder à tous un point supplémentaire pour la prime – en somme : plus de gratification financière pour un effort moindre. La proposition émanait à la fois du Kartel et d’AADM. Le dédommagement aurait été moins spectaculaire que des indemnités, mais plus réaliste au niveau mise en œuvre.»

Le Dr Bauval ne se fait cependant pas d’illusions. A voir la réaction de Jo De Cock, il a compris que la proposition conjointe était promise au classement vertical: c’est une menace trop tangible pour l’équilibre du budget que l’Inami réserve aux primes. D’après le syndicaliste, une suggestion-bis de l’Absym - abaisser de 10% les seuils attendus des MG - n’a pas trouvé grâce non plus aux yeux du patron de l’Inami et président de séance.

«Dès lors, on en est revenu à l’idée de l’ABSyM d’un inventaire des bugs et d’une analyse de leurs répercussions pour les médecins et l’AMI, avec des dommages à réclamer à HP, responsable des grosses pannes médiatisées de cet été», relate Marcel Bauval. Pour lui, cette désignation d’un ennemi commun a offert une porte de sortie rêvée à Jo De Cock, qui a embrayé. Le GBO, pour sa part, continue de trouver la piste peu praticable, hasardeuse, lente et ne garantissant pas un réel regain d’efficacité des outils au quotidien.

Concernant les conditions pour percevoir la prime informatique intégrée, négociées en juillet, l' arrêté  a été présenté hier soir aux négociateurs. Une prime qui, pour mémoire, est étagée : à tel seuil d’usage atteint (et sanctionné par des points) correspond telle gratification.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Dorothée HERBAUT

    25 septembre 2018

    Et les spécialistes?? nous n'avons pas de prime informatique et nous devons nous équiper