70% des médecins français n'envisagent pas de faire des téléconsultations dans l'année à venir

Les médecins français craignent l’impact du numérique sur les relations médecins-patients. Ils perçoivent plusieurs risques majeurs à terme : diagnostics moins précis et plus automatiques, relation moins «humaine» et risque d’exclure certains patients (les plus fragilisés)

La télémédecine ne rassure toujours pas les médecins français. Pour rappel, en France, depuis le 15 septembre, la télémédecine est remboursée par l'Assurance maladie. Un récent sondage réalisé sur le site du journal international de médecine, JIM.fr, du 17 octobre au 10 décembre auprès de 730 professionnels de santé a montré que seulement « 20 % des médecins envisageaient de réaliser des actes de télémédecine dans les douze prochains mois. S’ils sont 10 % à se montrer hésitants (éventuellement enthousiastes sur le principe mais maîtrisant mal les aspects concrets et techniques), 70 % sont convaincus que la télémédecine ne fera pas partie de leur avenir proche. »

Télémédecine : 13 % des médecins concernés

La méfiance des médecins français envers la télémédecine avait déjà été mise en lumière par un sondage du Quotidien du médecin en septembre. Ils étaient alors 76,4 % à dire qu'ils ne proposeraient pas un tel acte à leur patient.  Pourtant les patrons de MG France et de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) continuent d'insister sur la nécessité d’inscrire la télémédecine dans le parcours de soins. Un avis pas nécessairement partagé par Jérôme Marty, patron de l’Union française pour une médecine libre (UFML) qui « a récemment publié une tribune au titre sans équivoque: « Le numérique ne remplacera jamais un médecin ». » souligne le JIM.fr.  Une des ses principales craintes, c'est l'arrivée d'une médecine à deux vitesses vis-à-vis des patients plus fragilisés et moins connectés.

Médecins et patients pas convaincus  

Par ailleurs, une enquête menée auprès de 8 000 assurés par la Société française de télémédecine (SFT) et l’Université de Montpellier a montré que  « seulement 5,2 % des sondés ont entendu parler de télémédecine par leur médecin ou leur pharmacien. Ce défaut de discussion avec les professionnels de santé explique que seuls 17,7 % des Français affirment avoir une connaissance précise des principes de la télémédecine. Pire,  51,9 % des Français pourraient se laisser tenter par une téléconsultation pour eux-mêmes, mais ils ne sont plus que 17,3 % à l’envisager pour leurs enfants » selon JIM.

Un bénéfice économique

Pourtant récemment, une autre étude, celle de l’Association des laboratoires japonais en France (LajaPF) et la société IQVIA, avec le soutien du Leem, entendait démontrer les bénéfices économiques de la télémédecine notamment de la télésurveillance pour certains patients de la pression artérielle, la téléconsultation avec l’urologue pour les patients atteints d’une tumeur maligne de la prostate ayant subi une prostatectomie et la télé-expertise d’un ophtalmologue chez des patients atteints d’un diabète de type 2 avec suspicion de rétinopathie diabétique.

Ils ont ainsi pu déterminer que par rapport à une prise en charge classique, la télésurveillance des patients atteints d’HTA pourrait permettre une économie de 322 millions d’euros par an, soit 14 % de la dépense actuelle. Concernant le cancer de la prostate, l’économie pourrait atteindre 21 % (4,3 millions d’euros), tandis qu’elle atteindrait 9 % (8 millions d’euros par an) pour le dépistage de la rétinopathie diabétique.

Au delà des aspects financiers, les auteurs ne manquent pas de rappeler que « la télémédecine tend  à améliorer le suivi et la qualité de vie des patients». « La télésurveillance des patients atteints d’HTA permet par exemple une meilleure observance thérapeutique, réduisant ainsi d’environ 30 % le risque d’AVC. Elle encourage en outre l’autonomie, un facteur important, face à la hausse des maladies chroniques ». 

En attendant, les médecins restent sceptiques....

Lire aussi :

Télémédecine : une étude française annonce 356 millions d'économies possible sur 3 pathologies

Santé du futur : espoirs et inquiétudes des médecins français et de leurs patients ( Etude)

Le débat se poursuit sur @numeriKare

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.