Solidaris plaide pour une médecine générale gratuite

Remboursement intégral des consultations chez le MG titulaire du DMG, affectation prioritaire des moyens de l’AMI aux conventionnés, TPO élargi aux malades chroniques, politique plus volontariste d’installation pour contrer les pénuries locales, rapatriement des spécialistes vers l’hôpital, extension du modèle des maisons médicales au forfait … Solidaris sort, en marge de son 11ème « Thermomètre », un mémorandum visant à « des soins de santé renforcés ».

La nouvelle édition du « Thermomètre des Belges » de Solidaris se concentre sur les inégalités, dont les disparités de revenus qui font craindre à 6 francophones sur 10 une chute de leur pouvoir d’achat. Mais c’est la santé que les répondants placent en tête des inégalités les plus graves, à 58%, devant le logement (52%) et les salaires (50%).

Dès lors, l’OA socialiste préconise une volée d’actions concrètes, dit-il, « proches des réalités de vie des individus ». Fréquenter le MG fait partie de ces réalités. Pour lever tout frein, Solidaris prône le remboursement intégral des consultations du généraliste (pour les patients ayant ouvert un DMG chez lui). Il réclame aussi la généralisation du tiers-payant obligatoire pour les BIM [c’est déjà le cas en consultation, ndlr] mais aussi les malades chroniques.

Pour bétonner la sécurité tarifaire, Solidaris estime qu’il faudrait conclure « un nouveau contrat social avec la médecine libérale ». Il se dit prêt à rechercher « de nouveaux compromis équilibrés avec les médecins ». Mais, dit-il, dans le respect de principes comme : « pas de liberté tarifaire sans transparence totale, pour les patients et les mutualités » ou encore : « dans l’allocation des moyens limités de l’assurance maladie, priorité aux médecins qui adhèrent aux accords ».

Par ailleurs, pour rehausser la qualité de la prise en charge, il faudrait d’après Solidaris « implémenter davantage la médecine factuelle [EBM, ndlr] au niveau des pratiques individuelles, notamment en prévoyant des incitants financiers pour les médecins qui s’engagent dans un processus d’auto-évaluation sur base d’indicateurs. »

Au rayon planification, Solidaris voudrait que les autorités adoptent une politique plus volontariste de l’installation. Ce qu’il propose ? Garantir un numéro Inami aux futurs médecins qui décident de s’installer dans une zone en pénurie – et d’évoquer les 144 communes wallonnes où les MG se font rares. Mais il suggère aussi « d’imposer un minimum de pratiques hospitalières pour les médecins spécialistes », en d’autres termes de ramener ces derniers à l’hôpital plutôt que de les voir privilégier le cabinet privé en ambulatoire.

Solidaris souhaite par ailleurs que l’on soutienne le développement des maisons médicales, et suggère qu’il y ait extension du modèle au forfait aux prestations de base des dentistes et des psychologues [actuellement, le système couvre les dépenses « MKI », médecins, kinés, infirmiers, ndlr].

> L’ensemble des revendications « santé » de Solidaris sont consignées dans un mémorandum spécifique, distinct du « 11ème Thermomètre »

Lire aussi : Solidaris attaque Magie De Block devant le Conseil d'Etat

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.