“La prescription d’antibiotiques difficile à maîtriser dans les soins de première ligne” (Maggie De Block)

Dans sa réponse à une question parlementaire du député Daniel Senesael (PS), la ministre de la Santé Maggie De Block (Open Vld) concède qu’il n’est pas évident de garder sous contrôle la prescription d’antibiotiques en première ligne. Elle souligne néanmoins que combattre la résistance aux antimicrobiens reste l’une de ses priorités.

Le parlement voit passer à intervalles réguliers des questions et interpellations relatives à la (sur)consommation d’antibiotiques… et ce n’est pas surprenant, tant il s’agit là d’un grave problème pour la santé publique non seulement dans notre pays, mais aussi à l’échelon de l’Europe et même de l’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS). La question parlementaire qui nous intéresse ici était d’ailleurs motivée par la récente publication du rapport annuel 2018 de l’OMS, intitulé ‘Surveillance of antimicrobial resistance in Europe.

Une consommation en baisse dans les hôpitaux

Dans sa réponse, la ministre a répété que ce dossier reste l’une de ses priorités. Les campagnes belges reposent sur les recommandations de la Commission Belge de Coordination de la Politique Antibiotique (BAPCOC) et la mise en place d’une stratégie efficiente pour l’utilisation des antibiotiques repose notamment sur les efforts du secteur vétérinaire.

Maggie De Block souligne néanmoins aussi que des évolutions positives se dessinent actuellement sur le terrain en médecine humaine et que l’usage des antibiotiques dans les hôpitaux, notamment, a diminué de façon notoire. Elle concède cependant que contrôler le comportement de prescription reste sensiblement plus difficile dans les soins de première ligne… alors que c’est justement là que se situe le plus gros chantier.

  • Source : question parlementaire n°27866.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.